[Le 7/11/2011] 

hankskinnerTXT
Hank Skinner, 2009

Le 24 mars 2010, la Cour Suprême américaine suspendait l'exécution d'Hank Skinner 3/4 d'heure seulement avant l'horaire prévu. Le tristement célèbre État du Texas remettra cela mercredi 9 novembre 2011 (dans 2 jours).
Mr. Skinner, condamné à mort en mars 1995 pour le triple meurtre de sa compagne et ses deux enfants le 31 décembre 1993, se débat depuis des années contre le système judiciaire américain, essayant depuis dix ans, d'obtenir que les pièces à conviction sous scellés subissent enfin l'analyse ADN qui n'a jamais vraiment eu lieu. Malgré un vote de la Cour Suprême des États Unis en mars dernier, autorisant la défense à poursuivre sa plainte au civil pour obtenir les tests ADN, le juge a décidé d'une nouvelle date d'exécution : mercredi prochain.
Aujourd'hui, on en est là :
Jeudi 3 novembre le tribunal du 31e district du comté de Gray (Texas) a refusé en première instance d'accorder les tests ADN que réclame Henri Watkins (Hank) Skinner pour prouver son innocence. À six jours de l'exécution, programmée mercredi 9 novembre à 18 heures (heure locale) dans la prison de Huntsville au Texas, Hank Skinner attend désormais la décision de la cour d'appel de l'État du Texas. (Communiqué de presse ECPM

J'en entends d'ici soupirer : "De toute façon, on ne peut rien y faire. Et puis ce sont les États Unis, pas la France."
Pas sûr en effet que signer la pétition en ligne adressée à Lynn Switzer, District Attorney du Comté de Gray, et au Gouverneur du Texas Rick Perry, pour leur demander d'accorder les tests ADN à Hank Skinner, change beaucoup les choses lorsqu'on est Français... à part qu'à l'heure où l'on n'a que le mot "mondialisation" à la bouche, peut-être est-il bon de se dire que toute voix a son importance et que, quand on a la chance de vivre dans un pays qui s'est débarrassé de cette saloperie il y a 30 ans, on peut agir.

rick-perry-thumbs-up
Rick Perry, Gouv. républicain du Texas, en pleine
campagne aux primaires pour les présidentielles.

Quelques idées pour ne pas oublier de se sentir concerné :
- On peut commencer par se renseigner sur la situation mondiale de la peine de mort en visitant les sites World Coalition, et Ensemble Contre la Peine de Mort (ECPM).
- On peut lâcher sa télé et aller voir le film documentaire Honk (déjà cité ici) mardi 8 novembre à 20h30 au Reflet Médicis (Paris 5e) ou mercredi 9 novembre à 21 heures au Cinéma Lux (Caen).
Pour en savoir plus sur l'affaire Skinner :
- Il est utile de lire le dossier très complet, en français et en anglais, sur le site de soutien à Hank Skinner. L'épouse de Mr. Skinner, Sandrine Ageorges Skinner, est membre du Conseil d'administration d'Ensemble contre la peine de mort et responsable du comité international de la Coalition texane pour l'abolition de la peine de mort.
- Si l'on a Canal+, on peut regarder le documentaire Un moment dans la vie de Hank Skinner, tourné quelques jours avant la précédente date d'exécution en 2010 et diffusé mardi 8 novembre. Voir un extrait sur le site du Monde : ici et .
Si l'on souhaite s'engager davantage, on peut également :
- Répondre à l'appel d'ECPM à manifester mercredi 9 novembre prochain à 18h30, Place de la Concorde à Paris, direction l'ambassade des États Unis.
- Signer la pétition mentionnée ci-dessus.
- Envoyer un courrier à son ambassadeur à Washington pour faire entendre sa voix et demander que son gouvernement prenne position officiellement sur ce dossier.

Riber Hansson
(Illustration : Riber Hansson)

[Edité le 8/11/2011]

lemonde_fr_grd

La justice américaine suspend l'exécution de Hank Skinner
LEMONDE.FR avec AFP | 07.11.11 | 23h42 • Mis à jour le 08.11.11 | 00h35   

La Cour d'appel du Texas, Etat du sud des Etats-Unis, a suspendu lundi l'exécution de Hank Skinner, prévue mercredi, le temps pour cette dernière d'examiner un recours des avocats du condamné demandant des tests ADN qui, selon eux, l'innocenteraient.
Henry "Hank" Skinner, marié à la Française Sandrine Ageorges, a été condamné à la peine capitale pour les meurtres le soir du Nouvel An 1993 de sa compagne d'alors, battue à mort, et des deux fils de celle-ci, poignardés. M. Skinner, 49 ans, dont 16 passés dans le couloir de la mort, demande à la justice que des tests ADN soient réalisés, pour prouver son innocence, sur des éléments de preuve qui n'ont jamais été analysés.

"TOUTE L'ATTENTION QU'IL MÉRITE"

Hank Skinner, condamné à mort pour un triple meurtre qu'il nie avoir commis, devait être exécuté mercredi. Le tribunal a suspendu son exécution sur requête de ses avocats.D.R.
Un tribunal du Texas a rejeté jeudi, sans explication, une nouvelle demande – la troisième – de tests ADN que Hank Skinner réclame pour prouver son innocence. Les avocats de Hank Skinner ont demandé vendredi à une cour d'appel du Texas la suspension de l'exécution de leur client pour préparer un appel à ce rejet.
Lors du dépôt de ce recours vendredi, Robert Owen, l'un des avocats de Hank Skinner, a expliqué que cette suspension lui permettrait à lui et ses collègues de préparer leurs arguments pour un appel. "La cour d'appel devrait mettre fin au compte à rebours jusqu'à l'exécution et consacrer à l'appel de M. Skinner toute l'attention qu'il mérite", a écrit Me Owen dans un communiqué.
Ils s'appuyent sur une loi, approuvée au printemps par le Congrès texan, qui retire l'argument sur lequel s'était fondé le second refus de tests ADN, en 2009. Avec le texte précédent, M. Skinner s'était vu refuser ces analyses au motif que c'était de sa responsabilité si celles-ci n'avaient pas été réalisées au moment du procès en 1995. Le premier refus, en 2003, était fondé sur le fait qu'il n'avait pas réussi à prouver que de nouveaux tests ADN l'innocenteraient.

"SANS ILLUSION"

"L'exécution (du condamné) est suspendue dans l'attente qu'un jugement soit rendu pour cet appel", a indiqué la Cour d'appel du Texas dans sa décision lundi. Cette décision "permet à la demande de tests ADN de M. Skinner de recevoir l'examen sérieux et minutieux qu'elle mérite", s'est félicité dans un communiqué un avocat de M. Skinner, Rob Owen.
Cette décision devrait constituer un soulagement pour Hank Skinner qui, à quelques jours de son exécution, ne cachait pas sa désillusion. Sa femme, Sandrine Ageorges, a ainsi confié à l'AFP, avoir trouvé son mari, qu'elle a vu vendredi dans le couloir de la mort, "plutôt bien malgré tout, mais sans illusion sur un système bien trop politique pour envisager que la vérité puisse être plus importante que le reste".
La Française, ardente militante contre la peine de mort, a rencontré Hank Skinner dans les années 90 alors qu'il était déjà incarcéré. A quatre jours de la date prévue de l'exécution, elle s'est dit elle-même "réaliste, donc très inquiète", soulignant, dans un courrier électronique, que "l'ampleur politique qu'est en train de prendre le dossier ne (la) rassure pas du tout".

Hank Skinner n'a jamais nié être sur les lieux du crime, mais il affirme avoir ingurgité un cocktail de médicaments et de vodka qui le mettait dans l'incapacité de commettre le meurtre de son ex-compagne et de ses deux fils.

 

Le rassemblement organisé à l'appel d'ECPM
mercredi 9 novembre à 18h30
Place de la Concorde à Paris
est maintenu.