On se pause ici
le temps de repartir d'un nouvel élan.
En attendant,
posons quelques bêtises
pour le passer, le temps.

 

La complainte du voleur (pauv' sonnet)

Il est un p'tit oiseau qui dès l'aurore chante
« Donnez-moi du bon grain, oh oui ! donnez m'en plus !
Que je grandisse autant que le diplodocus
Afin de m'envoler vers d'exotiques plantes ! »

Un beau jour, un voleur, à sa voix déchirante,
Fut tellement surpris que dans un gros cactus
Il butta, lançant en direction d'Uranus
Un grand cri de douleur, imprécation glaçante.

D'épines tout couvert, il faisait un très beau...
Hérisson ! Madame Mangouste aux yeux point clos
Passant là fut fort aise : « Voilà un met bien rare ! »

Mais fuyant l'affamée, essoufflé - « poufpoufpouf ! » -
L'homme essaima son or dans un ru et un « Plouf ! ».

A voleur, voleteur et d'mi : adieu dollars !