Petite philosophie

Ce blog est la suite des Emplumées, qui se sont jetées dans le vide globosphérique fin décembre 2010 après 5 ans de vie entre deux rives, puis nulle part.
Si la forme et le ton sont différents, il s'agit toujours et avant tout d'écrire et les mots déclencheurs n'ont pas changé :
DÉPARTS - RETOURS - ALTÉRITÉS - LANGUES & LANGAGES - MOTS - SONS - COULEURS - ODEURS - SENS - INFIME & INFINI - LOGIQUE - FARFELU - ANGES & DÉMONS - PLANTES - ÉLÉMENTS - PETITES BÊTES ...

Mélanges
"En..."
Le contenu diffère donc des Emplumées, car besoins, envies et appréhension du monde ont changé.
De l'écriture emplumée restent quelques textes "d'avant", retrouvés parfois dans un recoin de l'ordinateur. S'y joignent des textes personnels nouveaux, moins nombreux que dans le blog précédent cependant.
La photo, qui a pallié un moment à l'incapacité de jouer avec les mots, est ainsi plus présente. Mais il s'agit toujours de langage.
"Culture de..."
D'autres types de messages sont venus au secours de la panne douloureuse des mots, sous forme de chroniques culturelles sans prétention : cinéma (beaucoup, par période), littérature, expos... Un autre chemin pour continuer d'écrire et partager.
"Le petit plus du dimanche"
L'anthologie connexe (1 texte 1 jour) a disparu le même jour que les Emplumées. 3 années de textes rassemblés avec passion et un plaisir indicible ont ainsi pris fin. Mais cela me manquait également, alors le dimanche, quand j'ai le temps, j'ajoute un petit plus : gros plan sur un texte, un groupement d'oeuvres autour d'un thème, une incongruité artistique qui fait du bien.

Ecriture et contraintes.
Enfin, depuis avril 2012, moi qui déteste les contraintes, je me suis prise d'amitié pour un jeu d'écriture simple mais dont les règles sont un moteur agréable pour ne pas poser la plume (ou le clavier) trop longtemps. C'est le projet "366 réels à prise rapide". Trois règles simples : 1. un thème imposé par jour ; 2. uniquement ce qui a eu lieu pendant la journée ; 3. cent mots maximum. J'adapte le système à ma sauce parfois (plus de 100 mots, moins de 150) et ne m'en sers que comme cadre général pour écrire comme j'en avais l'habitude jusque là : humeur culturelle, création personnelle... particulièrement les jours où rien ne vient.

Mis à jour : 3/05/2012